Les Infographies passions : eric.ambre.jaune@hotmail.fr
Ce site web est dédié au projet VAVIV et au téléchargement d'infographies développées par l'ABC en pages cachées.

   Outres les images du projet VAVIV, le logo, 1 et 2
   exemple d'infographie réalisée pour David Penney
   Autre exemple avec l'art et l'ambre
   Présentation réalisée par
   l'ABC (Art Bien Communiquer).












VAVIV = Vn Admirable Voyage d'Inventaire du Vivant

      VAVIV est la maquette de communication du projet
      Biodiversité entomologique de trois réserves naturelles au
      Bénin, Togo et Mali pour une conservation durable.
 
      Présentation et budget du projet VAVIV




Le papillon reste l'allégorie de la Biodiversité fragile et l'allusion
de la préservation nécessaire des espèces...


      Biodiversité VAVIV, oui, ... le projet "VA" VIVRE...

      Les écosystèmes naturels forestiers d'Afrique de l'ouest sont caractérisés par une richesse extraordinaire mais, également, par une dégradation généralisée. Depuis juin 1992 où 172 gouvernements ont décidé d'intervenir pour assurer le développement durable de la planète, avec, en entrée, la célèbre conférence de Rio, des actions, des déclarations et des principes de gestion ont été développés. Les projets de gestion et protection de la Biodiversité (laquelle se décline en diversité génétique et variabilité écologique des unités paysagères) sont désormais en place et permettent vraiment de développer la connaissance dans le domaine. Cependant les actions à entreprendre afin de répondre aux besoins définis de l'objectif de connaissance puis de protection sont énormes. La communication à partir des données recueillies sur le terrain, la préparation la production puis l'édition des documents diffusés autour d'un dossier nécessite des compétences techniques que nous mettons à disposition ici pour le projet VAVIV. Ce site Internet centralise les travaux de communication du projet VAVIV et aborde la Biodiversité des forêts de l'Afrique de l'ouest sous un angle que nous souhaitons original, pédagogique et même ludique...



Le mot
Biodiversité est un néologisme composé à partir des
mots bios, "vie" en grec et diversité. L'étude d'inventaire
de la Biodiversité a des enjeux mondiaux...






VAVIV
= Vn Admirable Voyage d'Iinventaire du Vivant



L'étude d'inventaire de la Biodiversité, objectifs généraux : Appréhender la diversité du monde vivant en dressant
l'inventaire (si possible) exhaustif des espèces sur des sites cibles... Concevoir les interrelations, les flux, les
transformations des populations et également les évolutions biotiques en suivant certaines ressources
comme les espèces phytophages, les recycleurs et les pollinisateurs...



Elaboration des brochures et mise en ligne des données.

Note Eric G. : La conception des logotypes, la préparation des chartes graphiques, puis, la mise en place
des données et des résultats du projet 'Biodiversité entomologique de trois réserves naturelles au
Bénin, Togo et Mali pour une conservation durable
' nécessite une synchronisation technique
en amont des personnes impliquées. Si vous êtes impliqué dans le projet, merci de
vous annoncer. Il serait dommage de rater une synchronisation de travail
profitable à chacun. Contact : eric.ambre.jaune@hotmail.fr

















      Les résines fossiles africaines : les échantillons "hot spots" de la Biodiversité.

      Les recherches d'inventaires de biodiversité réalisées sur site -souvent par échantillonnage- permettent de temps à autre d'exploiter des notions dynamiques. Le copal et l'ambre jaune d'Afrique (ces pierres que l'on imaginerait statiques, comme mortes) souscrivent parfaitement aux travaux d'inventaires des espèces. Mais, ces échantillons, traits d'unions entre le vivant et le minéral, constituent une base de lecture formidable. Les oléorésines fossiles et sub-fossiles ont un potentiel unique. Les oléorésines conservent des mémoires spatiales et temporelles. Outre l'inventaire purement descriptif des espèces incluses, les oléorésines permettent de lire les évolutions passées de la biogéographie des populations (colonisations des espèces selon les latitudes et les climats) en précisant le paysage jusqu'aux détails des étages de la végétation ! La mémoire de fortune des oléorésines restitue rigoureusement l'inventaire endémique de biodiversité, précise les notions spatiales ubiquistes et expose aussi et surtout un large panel l'éléments historiques. Plus que tout autre échantillon l'ambre et le copal d'Afrique permettent des lectures multi horizons.





      Le projet VAVIV (= "Vn Admirable Voyage d'Iventaire du Vivant") des forêts de l'Ouest africain exploite le potentiel d'inventaire formidable que sont localement les résines fossiles et sub-fossiles. Avec un peu d'humour on pourrait dire que les résines fossiles africaines sont systématiquement les "hot spots" de Biodiversité des territoires étudiés...

      Faisant la course aux publications, les scientifiques focalisent souvent leurs attentions sur les inclusions progénotes cherchant le scoop des inclusions les plus anciennes. Mais sans être le plus gros, le plus cher, le plus rare ni même le plus ancien,... le copal sub-fossile d'Afrique constitue une fenêtre muséale qui fixe un inventaire dans le temps et dans l'espace. Tout le plaisir réside dans l'histoire accessible à chacun qui est figée dans l'écrin, (certes jeune) mais particulièrement explicite... Exploiter la richesse d'inventaire du copal d'Afrique est un passage obligé.









La Biodiversité entomologique des forêts naturelles d'Afrique.

Cet espace Internet édite et
prépare l'ensemble des
documents des communications
scientifiques VAVIV et les
discussions dans toutes les
branches du projet.

Les travaux sont pour
l'instant à l'étude...



Dans le cadre de l'Année Internationale des forêts, le CRGB (associé au site Ambre.jaune)
présente des documents de sensibilisation sur la conservation des richesses biotiques en
associant les publics. Les sujets présentés sont cruciaux, et, également esthétiques...
Conceptions, Réalisations, Infographies : Eric Geirnaert.








Présentation au public : Sensibilisation sur la Conservation des Forêts Naturelles.



Vous pouvez commander le dossier en haute résolution
en écrivant à : eric.ambre.jaune@hotmail.fr






Avec l'appuis de nouveaux partenaires : "The Habitat Fondation"
secretariat : Arend Lamerslaan 5, 6816 PT Arnhem, The Netherlands
e-mail : info@thehabitatfoundation.org - web : www.thehabitatfoundation.org
les documents de communication VAVIV de protection des forêts sont édités.





A côté des publications concernant la protection de la forêt, voici un
concours de photographies entièrement gratuit consacré à l'arbre...



Pour cette année, l'arbre est encore à la "fête" !
(C'est une façon de dire, car, avec humour, des tempêtes ont vraiment fait la fête aux arbres).
Pour accompagner le thème de l'Année Internationale de la forêt (2011) et les concours
nombreux consacrés aux arbres de l'année, nous organisons un concours de
photographies. Les images lauréates seont publiées dans notre film.


Concours Photos Image 1  © Eric G. Concours Photos Image 2  © Eric G. Concours Photos Image 3  © Eric G. Concours Photos Image 4  © Eric G.

Cliquez sur les quatre vignettes de l'image bandeau ci-dessus pour regarder les
arbres remarquables et découvrir le concours de photographies.
Les images lauréates sont intégrées à l'abécédaire des arbres.





-=-=-=-=-=-=- Inventaires et canulars de science -=-=-=-=-=-=-

      Biodiversité, petite digression. Bio-stupidité, quand l'esprit scientifique s'égare.

      La taxonomie invente ses espèces. Sous quelques latitudes méconnues du public, dans des milieux d'accès difficiles, les espèces médiatiques sont fabriquées de toute pièce... En propulsant la biodiversité au rang de préoccupation (politique, économique et médiatique) les conventions, les réunions de spécialistes ont suscité une avalanche de synthèses, des projections et quelques mystifications... Poussé par l'info "spectacle", les canulars sont fabriqués... Gaston Bachelard a écrit qu'"une expérience scientifique est une expérience qui contredit le sens commun". La science a effectivement pour objet de secouer les dogmes pour repousser les frontières du commun. Faire de la science c'est explorer la para-science en posant la focale sur les phénomènes et les objets qui n'ont pas (encore) d'explication. Mais appliquer ce processus intelligent aux phénomènes de la nature suppose aussi et surtout de balayer les canulars inventés par des imbéciles guidés par leurs intérêts surtout ludiques et/ou honorifiques pas toujours synonymes de rationalité. Mais, la nature, la science a-t-elle besoin de canulars pour être intéressante ? Des auteurs idiots (encombrent vraiment le paysage) en inventant des espèces inventées parfois extraterrestres...
      Faire le voyage d'inventaire des espèces, faire l'étude de Biodiversité dans quelques paysages, c'est forcement avancer en terre inconnue. C'est faire la quête mystique de l'animal inconnu et étrange, le dugong trouvé en mer, l'alien Mona-lisa trouvé sur la lune, et tant d'autres choses... Bref, les scientifiques et les auteurs sont de grands enfants qui ont besoin d'étrange, tout cela pour dire que les canulars scientifiques encombrent les vrais travaux sérieux.


-=-=-=-=-=-=- Inventaires et canulars de science (fin) -=-=-=-=-=-=-


      En sondant la Biodiversité, on retrouve ensuite les duperies aux musées. Le Dugong (canular) est visible au musée de la Mer de Monaco... Preuve est faite, la Biodiversité inspire l'home qui s'invente déjà d'autres chimères. Alors, en balade en forêt, cherchant l'intimité des espèces sur le chemin de la richesse avec les belles images, je me suis laissé guider par l'esprit des lieux, jusqu'à rencontrer le souverain. Un peu comme Giusseppe Arcimboldo, le peintre italien, 1527-1593, qui pour évoquer l'amour de la Nature peignait ses visages avec des éléments des quatre saisons, j'ai dessiné ma chimère animale (fusion de crapauds, coléoptères, papillons, guêpes et lézards) pour "retrouver l'esprit" de la forêt.
Perdu dans les bois, l'ouverture des rois, voici donc l'esprit de la forêt..
L'animal étrange, ci dessous, -qui a la pupille en forme de l'Afrique-, est donc une chimère dessinée à partir de douze espèces animales différentes. Téléchargez le poster.







Tenu du bout des doigts, l'animal chimère présente son document d'inventaire de Biodiversité...


Toutes ces présentations pas très " sérieuses " (comme cette chimère à la pupille africaine), n'ont que pour objectif de montrer que
les travaux d'inventaire peuvent être orignaux, créatifs en prendre des axes variés selon les besoins des équipes éditoriales.
La communication est seul trait d'union entre les partenaires et également la première émotion que découvre le public.





Biodiversité, Travaux Nature et Publications
Vos correspondances, vous avez la parole :




Correspondance
de Monsieur Kamel Widadi.
Bonjour; Je suis étudiant en post-graduation option écologie animale à l'université de Tlemcen (ouest algérien). Dans ma région, j'ai essayé de faire un inventaire entomologique d'une foret de chêne liége, mais, malheureusement, je n'ai pas réussi à établir entièrement mon travail, faute de temps.
C'est pourquoi que je m'adresse à vous. Pourriez-vous me donner votre avis ?
J'aimerais avoir votre appréciation sur un tel inventaire; un travail sur une espèce type (ou un ordre, les coléoptères, par exemple) est-il plus intéressant ?
Pourriez-vous m'orienter monsieur vers un groupe que vous jugeriez intéressant ou ayant une importance écologique, médicale ou économique ?
Mon rêve serait d'être enseignant en entomologie, dire que j'aime les insectes, est un euphémisme.
Merci a vous.
Mr Kamel Widadi.



Correspondance de Monsieur Alain Coache.
Bonjour Eric, Alors là, je suis estomaqué!!!! Je ne connaissais pas vos travaux, et, un seul mot me vient, c'est: éblouissant!!! Que de belles choses. Merveilleux. Je ne sais quoi dire... C'est exactement ce que nous cherchons à faire pour le Bénin, un site Internet qui mettrait en valeur la biosphère des forets car il y en a encore de belles que nous avons pu étudier dans la moitié sud, mais également la mise en valeur des animaux, des insectes... Je rentre justement d'une expédition de plus de trois mois et j'ai pas mal de photos de ces forets... Je repars en fin de cette année pour une autre expédition de trois mois pour finaliser les ouvrages commencés... Ne connaissant pas trop les secrets du Web, j'ai mis en place à l'époque un site sur mon association où, depuis plus de 30 ans, j'inventorie, également comme vous, les insectes (du département des Alpes de Haute Provence). Mais ce site n'est plus actualisé. Cependant nous sommes encore à ce jour, le département le plus riche de France, nous y avons recensé plus de 4100 coléoptères!!!!! Une dizaine de volumes sont actuellement en cours d'élaboration avec les plus grands spécialistes de chaque groupe… Pour l'Afrique de l'Ouest, j'ai créé une association (OCIS) qui a pour but l'inventaire des insectes, où, depuis plus de 7 ans, je collecte les données. Pour le Sénégal aussi, j'ai quelques ouvrages en cours de finitions sur des familles de coléoptères... Pour le Bénin, -car depuis deux ou trois ans maintenant, j'élargi un peu les champs de recherche-, nous aimerions mettre en place un site qui pourrais nous offrir toutes les possibilités que vous présentez. Nous recherchons toutes les aides de ce coté là. Nous sommes donc très preneurs de toutes infos concernant la valorisation des travaux d'inventaire de biodiversité (insectes, dossiers papillons, coléoptères, faune, mammifères, oiseaux, reptiles, flore, plantes, fleurs, foret, etc...) En tout cas notre programme de recherche (qui m'occupe à plein temps depuis 10 ans) rentre bien dans le cadre d'étude de la faune du Bénin dont vous parlez dans les extraits de ces superbes pages page avec Monsieur xxx (qui, .../...) ainsi que d'autre puisque nous avons signé une convention d'étude avec l'Université de Abomey-Calavi, ainsi qu'un protocole d'accord sur la recherche entomologique sur la faune Béninoise avec le ministère de l'environnement de ce pays…
J'espère donc, Eric, que vous pourriez nous conseiller, voire nous aider dans plusieurs axes de valorisation de nos travaux. Bravo pour vos créations, esthétiques, enthousiastes et merveilleuses. Oui, juste pour vous dire encore que nous travaillons (Bernard Rainon et moi-même) sur un livre consacré à la faune des rhopalocères du Bénin ainsi qu'un autre aux Cetoniidae du Bénin. Ces deux ouvrages sont bien avancés, la priorité est donnée aux papillons.
Encore merci pour vos conseils et vous souhaite une très bonne fin de journée.
Nous vous souhaitons une bonne continuation dans vos projets et espérons avoir des nouvelles. Cordialement,
Alain COACHE.
ICAHP (Inventaire des Coléoptères des Alpes de Haute Provence).
OCIS (Observatoire et Conservatoire des Insectes du Sénégal).




Correspondance de Monsieur Souké Nikuna.
Bonjour Monsieur Geirnaert.,
Je suis monsieur Souké Nikuna.
Nous avons des opportunités d'exploiter le copal d'une essence forestière dont le nom est ETIMOE ou BUBINGA, le nom scientifique est GUIBOURTIA demeusei.
Pourriez-vous nous mettre en contact avec des partenaires qui s'intéressent à cette matière, destinée à de multiples utilisations.
Pouvez-vous nous aider pour nous permettre de trouver des contacts ?
Très cordialement.
Souké Nikuna.


Bonjour Monsieur.
Mes sites Internet n'ont pas pour vocation à être publicitaires ou commerciaux.
Mais, je peux de façon tout à fait exceptionnelle poster votre message sur cette page Internet qui fédère les travaux relatifs à la Biodiversité des forêts africaines et donc l'étude des copals d'Afrique.
Ci-dessous, le copal Bubinga.
Bien à vous.
Eric Geirnaert.



Utilisation des ressources de la Biodiversité, l'étude du copal d'Afrique.








      Biodiversité, l'étude du copal d'Afrique.



      Des dépôts fossilifères de copal fossile et sub-fossile sont régulièrement découverts, surtout ces dernières années, (Afrique, Inde, Australie), rendant les oléorésines de plus en plus incontournables pour les études d'inventaires de la Biodiversité.

      Le copal d'Afrique, utilisé souvent pour autre chose que l'examen détaillé des inclusions devrait finalement trouver une nouvelle vie (cette fois scientifique) même si les inclusions ne sont pas forcément très anciennes. Le copal d'Afrique est une résine presque exclusivement d'origine sub-fossile. Le terme n'implique d'ailleurs pas forcément une conservation géologique multimillénaire, la matière peut-être jeune voire contemporaine... L'aspect des morceaux résineux est très varié, d'un aspect transparent aux cassures nettes, jusqu'au jaune brunâtre opaque sali d'impuretés nombreuses.

      La récolte du copal d'Afrique a lieu presque exclusivement dans les forêts marécageuses de la cuvette centrale congolaise, d'où le nom générique de "copal Congo". Présent en blocs épars enfouis dans la boue, il existe une certaine incertitude au sujet de l'origine botanique des échantillons car plusieurs espèces végétales synchrones peuvent fournir des matières assez semblables, et, pour compliquer la chose, une même espèce végétale peut avoir plusieurs noms scientifiques. Pour le Bubinga : Guibourtia demeusei, Guibourtia pellegrinana, Guibourtia tessmannii.

      Les principaux arbres producteurs de copal appartiennent tous à la famille des légumineuses Caesalpiniaceae (aux genres Copaifera et Daniellia). L'origine du copal Congo -et plus généralement africain- est le traumatisme naturel spontané, provoqué par la chute des grands arbres qui blessent les copaliers plus petits.

      Il est assez surprenant que ces matières soient si peu étudiées pour leurs inclusions. Mais, les choses devraient changer peut-être avec le projet VAVIV.









Puisque nous en sommes à cataloguer les oléorésines durcies d'Afrique, (Copal Bubinga contemporain
non fossile), présentons, le Copal subfossile Congo et l'Ambre jaune fossile Congo.

Pour tout renseignement concernant ces oléorésines
vous pouvez correspondre par email à l'adresse :
eric.ambre.jaune@hotmail.fr









Cette présentation est réalisée par l'ABC (Art Bien Communiquer).
Contact ABC : eric.ambre.jaune@hotmail.fr